Il y a 40 ans, le 25 mai 1977, sortait en salle le premier épisode de la saga Star Wars : «La Guerre des Etoiles ». Nous connaissons tous les personnages emblématiques du 1er opus de l’univers de Georges Lucas. Ils présentent des traits de caractère propres aux chefs d’équipe dans les entreprises. Mais lequel de ces managers galactiques vous ressemble le plus ?

Auteur : Fabrice Lamirault

« Beaucoup encore il te reste à apprendre » – Maitre Yoda

luke-skywalker-management
Luke Skywalker

Jeune manager fougueux, Luke est un cadre à fort potentiel. Collaborateur brillant, pur produit de la Génération Y, il a néanmoins encore besoin de poursuivre sa formation. La présence de cadres plus expérimentés à ses côtés va lui permettre d’apprendre à moins se disperser, à rester concentrer sur ses objectifs et gagner la maturité dont il a besoin.

maitre-yoda-management
Maitre Yoda

« La force tranquille ». Ce cadre senior est le puits de sagesse de l’équipe. Il connait ses dossiers par cœur, aussi bien que les rouages de l’entreprise. C’est un référent dans de nombreux domaines. On fait souvent appel à lui pour de précieux conseils, ou pour dénouer des situations compromises. Il connait suffisamment le cœur de l’homme pour être un excellent négociateur. Sa patience et son grand savoir font également de lui un excellent formateur.

han-solo-management
Han Solo

Cadre senior, Han Solo appartient à la Génération X. Ce collaborateur dévoué a prouvé sa fidélité à l’entreprise et au top management dans le passé. Leader charismatique, on peut s’appuyer sur lui pour toutes sortes de missions qu’il accomplira avec succès. Il apprécie le travail en équipe et sait jouer collectif. Son caractère volontariste et sûr de lui en fait une pièce maitresse de l’équipe.

« Si tu n’es pas avec moi, alors tu es contre moi » – Dark Vador

dark-vador management
Dark Vador

Le manager pessimiste par définition. Véritable «empêcheur de tourner en rond», c’est un ancien jeune cadre talentueux dont le comportement a peu à peu changé au fil des déceptions rencontrées dans sa carrière. Parvenu aux responsabilités par la méthode forte, il reste frustré et rêve de prendre sa revanche sur le système en place. Chez cet ambitieux carriériste, peu de place pour les sentiments. « La fin justifie les moyens » pourrait être sa devise. lire la suite sur : http://fabricelamirault.com