« Solve for happy » ou « L’équation du bonheur » : en avant-première avant sa sortie dans les librairies françaises en janvier 2018, la journaliste Julie Benasra livre sa chronique sur un essai aussi passionnant qu’intriguant. Après 12 années de recherche, Mo Gawdat, Chief Business Officer de Google X, dévoile l’algorithme du bonheur qu’il a mis au point.

Longtemps relégué à la sphère privée, le bonheur n’est plus uniquement une affaire individuelle. Non.

Le bonheur est devenu une science, une industrie et un véritable enjeu économique. Ainsi, à l’instar des grandes firmes de la Silicon Valley comme Google ou Netflix – qui cultivent le bien-être au travail depuis de nombreuses années – la tendance s’infiltre en profondeur en France et en Europe : essor des Chief Happiness Officers, admiration pour le modèle organisationnel des startups, renforcement des avantages tel le télétravail ou autres apports aidant au bien-être des employés… révélé.

Mais pourquoi attacher tant d’importance au bonheur des individus en général et des collaborateurs en particulier dans le contexte économique actuel ?

Parce qu’un employé malheureux c’est coûteux (congés maladies, absentéisme…). Mais aussi et surtout, parce qu’un employé heureux – une multitude d’études scientifiques l’ont prouvé – c’est un employé plus productif, plus créatif et plus engagé. Et dans un marché de plus en plus compétitif, les entreprises se doivent de savoir comment attirer et conserver les meilleurs talents.

Mais sait-on vraiment ce qu’est le bonheur ? Comment l’atteindre, le conserver ?

La question est très subjective, à la limite du trop conceptuel, tant c’est une question existentielle, une quête infinie habitant l’humanité depuis la nuit des temps.

C’est là que Mo Gawdat, Chief Business Officer de Google X, intervient. Non pas en sa qualité de businessman, de serial entrepreneur ou d’ingénieur visionnaire à l’origine de la moitié des implantations de Google dans le monde et de ses projets les plus innovants, mais en celle de créateur d’un algorithme du bonheur, qu’il dévoile dans son livre « Solve for Happy » (L’équation du bonheur), traduit en 28 langues et à paraître en France en janvier 2018 aux éditions Larousse.

Il aura fallu 12 années de recherches acharnées, suite à une remise en question de sa réussite professionnelle et personnelle qui lui apportaient tout sauf le bonheur, pour que Mo Gawdat parvienne à mettre au point cette formule mathématique :

« Le bonheur est égal ou supérieur à votre perception des évènements de votre vie, moins vos attentes sur comment la vie devrait se dérouler »

Cette formule et la méthode de formation au bonheur qui en découle furent malheureusement mises à l’épreuve lorsqu’en 2014, Ali, le fils de Mo alors âgé de 21 ans, décède suite à une série d’erreurs médicales lors d’une intervention chirurgicale bénigne. Pour honorer la mémoire et le travail de son fils avec lequel il avait collaboré sur l’algorithme, Mo Gawdat s’est fixé la mission d’aider 1 milliard de personnes à travers le monde à être heureux et à atteindre un état de bien-être quasi permanent, et ce quelles que soient les circonstances de la vie.

lire la suite sur : https://hubinstitute.com